Browse Exhibits (77 total)

Paul Rycaut, A British Study of the Ottoman Empire (1668)

The Present State of the Ottoman Empire (1668) by Paul Rycaut was published in London by Henry Brome and John Starkey. Rycaut's book contains a complete overview of the Ottoman Empire based on his five years living in Constantinople. Rycaut served as the secretary to the Earl of Winchilsea Sir Heneage Finch, the ambassador of Charles II to Sultan Mahomet Han IV (now known as Sultan Mehmet IV). Rycaut's book is separated into three sections, his observations on the Ottoman government, religion, and military. This exhibition is based on the Tufts University Tisch Library edition, which is the second edition of The Present State of the Ottoman Empire. The first edition of the book was published in 1666, and the Great Fire of London destroyed almost all copies. This exhibition analyzes the content of Rycaut's book with a special focus on his use of engravings. Engravings are essential to Rycaut's account of the Ottomans, as he uses depictions of Ottoman fashion and style to enhance his written description of them.  

, ,

"An Authentic Account of An Embassy from the King of Great Britain to the Emperor of China" by Sir George Leonard Staunton (1799)

The_Approach_of_the_Emperor_of_China_to_His_Tent_in_Tartary_to_Receive_the_British_Ambassador_(brightened).jpg
The Approach of the Emperor of China to His Tent in Tartary to Receive the British Ambassador, by William Alexander (1793). Public domain, via Wikimedia Commons.

The Macartney Embassy is distinguished as the first British attempt at East Asian diplomacy but defined by its failure. Upon the mission’s return, Sir George Leonard Staunton, first baronet, was tasked with compiling his expedition partners’ extensive journals into a cohesive work. An Authentic Account of an Embassy from the King of Great Britain to the Emperor of China is a markedly reserved telling of the British ambassadors’ travels in China. However, from a historical perspective, Staunton’s work reveals an underlying chauvinism that would provide justification for Western imperialism in China.

The nature of this exhibit is introductory and relates primarily to the bibliographic features of the Tufts Special Collections' 1799 Philadelphia edition of the book. The remainder of the analysis is devoted to Staunton's descriptions of the exchange ceremony between the Qianlong Emperor of the Qing Dynasty and the Macartney Embassy. The author of this exhibit would strongly encourage further investigation into the topic if a reader feels so inclined.

, ,

Thomas Paine's Rights of Man 1791 (May 1, 2017)

220px-Thomas_Paine_by_Matthew_Pratt,_1785-95.jpg

An exhibit on Tuft's copy of the 7th edition of Thomas Paine's 1791 Rights of Man: Being an Answer to Mr. Burke's Attack on the French Revolution published by J.S. Jordan. The book is in the special collections sections in Tisch Library at Tufts University. It was published by J.S. Jordan despite political opposition. The book was dedicated to George Washington and was a call for universal rights of man and a defense of the French Revolution. The book was given to Tufts in 1947 by Charles Alvin Bean and was rebound the same year. There is marginalia, printer marks, foxing and the "descending s" in the book. The book was circulated until 2008.

, ,

Où est la frontière ?

le mur.jpg

 

Introduction 

Qu’est-ce que c’est une frontière, et comme les chanteurs Amadou et Miriam chantent, « où est la frontière » ? La réponse est compliquée. Les frontières, certainement, sont entre les pays du monde. Cependant, ils sont tous très distinct. Par exemple, la frontière entre le Corée du nord et le Corée du sud n’ont rien à faire avec la frontière entre la France et l’Allemande. Il y a aussi des frontières dans un pays, ou celles qui traversent quelques pays. Il y a des barrières religieuse, culturelle, économique, des barrières imposées et les autres qui sont volontaire. Alors, ces deux questions se rappellent les issues et thèmes au cœur du monde moderne et nos systèmes politiques, sociales, et économiques.

Les Différentes Représentations de la Mer Méditerranée

Screen Shot 2018-03-29 at 3.56.24 PM.png

Introduction:

La mer Méditerranée est très importante dans les pensées de l’Européen et de l’immigrant. Pour l’immigrant, la mer est une opportunité tandis que pour l’européen, la mer est une barrière de défense. Il y a, par contre, une troisième interprétation. Celle-ci démontre la réalité de la Méditerranée : un défi qui peut tuer.

Conclusion:

C’est essentiel de voir chaque perspective pour comprendre n’importe quelle situation. En parlant de l’immigration et des dangers de la mer, c’est encore plus important car il concerne la vie et la mort. Pour un européen, c’est essentiel de comprendre que l’immigrant voit l’Europe comme source d’opportunité mais pour y parvenir, il doit traverser une mer perfide. Pour l’immigrant, il est important de savoir que l’européen n’est pas toujours heureux de le voir et que cela va rendre sa traversée très difficile.

Le récit des réfugiés de "la crise des migrants européens" (Eliza)

Illustration of the voyage from Syria to Europe by Kawa Aziz 2016

Comment donner une voix aux migrants ? Comment les entendre ?

CDB2d7RW0AA3kS4.jpg

Pour bien comprendre des problèmes sociétales, il faut comprendre toutes les voix sur le problème. Ainsi, avec la crise migratoire qui entoure des pays du monde aujourd’hui, il faut donner une voix à ceux qu’on ignore : les migrants. Mais comment est-ce qu’on peut faciliter cette voix quand la société désidentifie et marginalise cette population ? L’art donne une voix aux migrants en utilisant la visibilité de l’art et la relation proche avec l’empathie.

Le pouvoir d'art

migrations_CC_1.jpg

Nous répondrons à la question : quelle est l'importance de l'art dans les récits des opprimés ?

La technologie et les humaines

 L’importance de la technologie est indiscutable quand on parle de beaucoup de problèmes dans le monde. Cela n’est pas encore très importante quand on discute de la crise migratoire. Le problème est qu’on est située entre l’humanité et la technologie et la technologie ne priorise pas toujours les valeurs humaines. Donc, il est plusieurs fois nécessaire de réévaluer ce qu’on a comme technologie et comment les développements futurs peuvent aussi prendre en compte la condition humaine. Les trois mots clés dans le discours humain au-delà de la crise migratoire sont migration, identité et territoire. Ces termes ont beaucoup de définitions et de dimensions. En commençantsur l’identité, on voit que ce terme doit être analysé en pensant aux différentes conceptions comme les conceptions constructiviste, essentialiste, nationaliste, sectaire, sociale et régionale. Les territoires peuvent être regardés dans les dimensions physiques et mentales. Dans la dimension physique, on parle d’une gouvernance centrale, comme décrite par Larousse : « Étendue de pays qui ressortit à une autorité, à une juridiction quelconque ». Il y a une autre description plutôt collectiviste : « Étendue dont un individu ou une famille d’animaux se réserve l’usage. » La dernière est aussi collectiviste mais un peu ambiguë : « Espace relativement bien délimité que quelqu’un s’attribue et sur lequel il veut garder toute son autorité. ». Dernièrement, quand on parle de l’immigration on doit aussi parler de l’émigration qui est l’action d’abandonner un lieu. On va analyser trois cas de la technologie très spécifique qui sont justement liées au moins à un aspect de ces termes. Mes trois items sont, un article sur la monnaie digitale, un épisode de Code Breakers et un autre article sur l’internet pour tous.

Les Migrants en Afrique du Nord

French Image 3-29-18.jpg

Au cours de ce semestre, nous avons regardé la Méditerranée et comment elle a longtemps facilité échangé entre l'Afrique du Nord, l'Europe du Sud et le Moyen Orient. Par la littérature romanesque comme Cannibales et Harragas et des récits authentiques capturés dans La traversée, nous avons aussi appris comment cet arrangement unique attire des modèles de migration divers. Malgré ceci, cependant, les représentations d'un certain groupe de ces migrants n’est pas proportionnellement nuancées. Par exemple, dans les deux œuvres Cannibales et Harragas - deux œuvres très différentes - dépeignent des Africains subsahariens dans une façon étonnamment similaire. Dans Cannibales, l'effondré, battu Pafadnam est enclin aux crises sauvages dans lesquelles il perd complètement le contrôle de son corps. Il est décrit pendant une telle crise comme “il flanchait, se roulant dans le sable, y enfonçant la tête comme pour se cacher dessous, blatérant a l'instar d'un chameau qu'on égorge” (74). Un des migrants subsahariens dans Harragas subit une panne presqu’identique dans laquelle il se tord sur le sable à la plage, comme le groupe attend pour entrer en Europe. Au-delà de ces épisodes, ces deux personnages partagent aussi une toile de fond générale: ils partent pour chercher des meilleures vies en Europe. Comme nous avons examiné la politique régionale plus large, il est devenu clair que l'africain subsaharien en Afrique du Nord en littérature est insuffisant et déshumanisé. Dans des livres, dans des films et dans les médias, ce personnage est presque toujours un mâle, traumatisé, fixé sur l'Europe et finit souvent mort. Dans ce Projet d'Omeka, j'ai le but de considérer deux "items" qui sont accordant avec cette représentation, et ensuite un troisième qui compte pour la communauté diverse qui a été insuffisamment décrite.