L'art dans les conflits

 

En période de conflit, l'art joue un rôle très important dans la capacité de la société à faire face et à comprendre la tourmente. Non seulement il fournit un moyen d'expression, mais il sert aussi de pont transculturel entre des individus qui n'auraient pas pu communiquer autrement. Au cours des 20 dernières années, les conflits se sont intensifiés, reflétant les événements du passé. Des conflits tels que la colonisation en Algérie et le conflit israélo-palestinien ont abouti à des œuvres telles que des romans, des films et des peintures. Ces œuvres servent à exposer la violence et la souffrance mais aussi à commenter les événements sociaux et politiques qui se sont produits. Dans cette exposition, différentes formes d'art seront analysées en fonction de leur objectif, s'il y en a un. Nous répondrons à la question : quelle est l'importance de l'art dans les récits des opprimés ?

L'art du rue à Gaza

Les médiums de l'art représentent aussi ceux qui n'auraient jamais eu une voix politiquement. De plus, ils peuvent servir d'appels à l'action. 

Les médiums de l'art représentent aussi ceux qui n'auraient jamais eu une voix politiquement. De plus, ils peuvent servir d'appels à l'action. « Si nous nous lavons les mains du conflit entre les puissants et les impuissants, nous sommes du côté des puissants - nous ne restons pas neutres. » Ce graffiti est situé à Gaza parmi beaucoup d'autres crée par Bansky. Bansky est un artiste du graffiti anonyme basé en Angleterre. Il est aussi activiste politique et réalisateur. Banksy expose son art sur des surfaces visibles publiquement telles que des murs et des pièces d'accessoires physiques auto-construits. Il est intéressant que Banksy a décidé de faire ses œuvres dans des espaces quotidiens plutôt que dans une galerie protégée. Cela rend l'art et le message extrêmement accessibles. Cette pièce particulière comporte une citation et a été photographiée avec un jeune garçon dans le cadre. Sur la photo, nous pouvons voir une zone avec un mur. L'image et la citation prises dans leur ensemble sont très puissantes. Dans la citation, Bansky réprimande ceux qui restent silencieux pendant le conflit. La capacité de garder le silence n'est pas un choix noble, c'est un luxe que peu de gens peuvent se permettre.

 Le mur choisi par Bansky pour écrire cette citation sert de métaphore et de barrière entre ceux qui sont en conflit et ceux qui sont en paix. De l'autre côté du mur, nous pouvons imaginer un paradis mais de ce côté nous voyons un tas de terre et pas grand-chose pour être heureux. Le petit garçon de la photo tente de grimper au-dessus du mur, symbolisant ceux qui essaient d'avoir une vie meilleure, et tous les obstacles. Le mur pourrait représenter des barrières physiques telles que l'océan qui sépare le monde Occidental du Moyen-Orient. Cela pourrait aussi représenter les barrières culturelles entre les deux mondes. Bansky implique que ce sont ces barrières qui nous permettent de fermer les yeux sur la souffrance des autres. Ce que Banksy n'aborde pas, c'est que pour se battre pour une cause, nous devons nous familiariser avec les gens que le conflit implique. C'est quelque chose que peu de gens sont prêts à faire.

 Dans le film de Thierry Binisti, Une bouteille à la mer, les difficultés de s’identifie avec les autres est également discuté.  Le directeur utilise la barrière de la langue entre deux jeunes, un palestinien s’appelle Naïm et une israélite s’appelle Tal, pour commenter un plus grand état d'incompréhension entre Israël et la Palestine. Au début, Tal écrit sa lettre en anglais. Ce serait déjà une cause d'erreur d'interprétation puisque la lettre est traduite par Naïm et ses amis en arabe. Tal et Naïm continuent de répondre en anglais bien que ce ne soit ni l'une ni l'autre de leurs langues maternelles. Le directeur utilise cette barrière pour refléter les barrières culturelles, religieuses et sociales entre les palestiniens et les israélites. Ce sont peut-être ces différences qui rendent l'un et l'autre moins enclins à s’écouter et à se soucier l’un de l'autre.

 Le thème de deux personnes de mondes opposés essayant de se comprendre est également très présent dans le roman. L'Attentat par Yasmina Khadra. C'est un roman très provocateur. Dans l’histoire, Amine essaie de comprendre sa femme Sihem qui décide de commettre un suicide kamikaze, tuant 12 autres personnes. Amine pense que Sihem était l'amour de sa vie et il a du mal à comprendre pourquoi il ne voyait aucun signe de son intention. A la page 221 il dit « J’essaie de comprendre le geste de Sihem et ne lui trouve ni conscience ni excuse. Plus j’y pense, et moins je l’admets. »  Ici, Khadra suggère qu’il n’est pas notre but d’essayer de comprendre les actions des terroristes. D’ailleurs, il crée de la sympathie pour ce personnage en écrivant « elle avait grandit du coté des opprimés, orpheline et Arabe dans un monde qui ne pardonne ni à l’une ni à l’autre. » Que nous soyons d'accord ou non avec ses actions, ce que nous voyons indéniablement, c'est son désir que son opinion soit entendue.

No to Torture

Un problème auquel les minorités sont confrontées est la façon dont elles sont représentées par le monde occidental.

Un problème auquel les minorités sont confrontées est la façon dont elles sont représentées par le monde occidental. Ceux au pouvoir sont capables de réécrire l'histoire et la vie de ceux dont ils profitent. En 1834, après avoir fait un voyage au Maroc, Eugène Delacroix a été inspiré pour créer la peinture « Femmes d'Alger dans leur appartement ». Inspiré par les costumes aux couleurs vives et fluides et les femmes, beaucoup des ses peintures reflètent des scènes du Moyen Orient. La peinture est basée sur une visite à un harem musulman. Les harems musulmans étaient fortement surveillés et il était donc difficile d'en entrer un. Delacroix a eu la chance de rencontrer un homme qui possédait un harem privé et il a donc été autorisé à entrer et à rester pendant un certain temps et a même eu la permission de peindre plusieurs croquis à l'aquarelle. Il est surprenant qu'un étranger de France ait été autorisé à observer les femmes et à les peindre, presque comme des animaux. Les femmes sont représentées dans sa propre interprétation, les dépouillant de leurs droits en tant qu'êtres humains.

En tant que figure de colonisation, l'interprétation de Delacroix d'Alger reflète la glorification des villes françaises auprès des citoyens des colonies. De même, Paris et d'autres villes de France semblaient avoir des promesses de vie meilleure pour les immigrants. Après la décolonisation de l'Algérie, des milliers de personnes n'ont émigré en France que pour faire face à la discrimination et aux mauvaises conditions de vie. Dans le livre Cannibales par Maylis de Kerangal Morad, un home qui a fait le voyage à Paris plusieurs fois, parle d’un cauchemar qu’il a aux Champs-Elysées. A la page 115 il décrit une zone est étrangement vide et tranquille et ils s'arrêtent devant un café déserté. La voix de son ami M. José devient un « vague écho ; une voix métallique et pourtant douce, voilent autant qu’ensorceleuse, à laquelle nul ne peut résister. » Dans le contexte de cette histoire et du grand thème de la migration cette juxtaposition peux représente les réalités de la vie après avoir immigrée. D'une part, les gens sont censés croire que s'ils partent, ils auront une vie plus « douce ». D'un autre côté, il y a l réalité de la violence et de la souffrance qu'ils devront endurer.  

Si la peinture de Delacroix peut être interprétée comme un simple hommage à la culture qu'il a vécue, la peinture de Houria Niati sert de critique aux œuvres de Delacroix. En 1982, vingt ans après l'indépendance de l'Algérie de la France, « No To Torture » a été peint. L’œuvres est une collection de 5 pièces, la pièce maîtresse en miroir des travaux précédents de Delacroix. Niati dépeint quatre figures, dépouillées des vêtements, des bijoux et d'autres détails qui définissent classiquement les harems nord-africains dans la tradition orientaliste. Niati tente de redéfinir la définition occidentale et l'étiquette donnée aux femmes algériennes. En montrant les femmes sans vêtements ni visages, Niati tente de les dépouiller de leur humanité, quelque chose qu'elle pense avoir été fait par le monde occidental. En général, le tableau évoque un sentiment de vide, amplifié par le fond bleu foncé et reflète peut-être le sentiment postcolonial d'être dépouillé des ressources et laissé avec une infrastructure déficiente.

L'idée de récupérer son identité est quelque chose avec laquelle les minorités peuvent s'identifier globalement. Dans Par le feu, de Tahar Ben Jelloun, un jeune homme a décidé de se mettre en feu devant un bureau du gouvernement. Son acte était une protestation et un défi contre le système de son pays. Son pays a refusé de le voir et a rejeté la souffrance du peuple moyen. Il a redéfini son histoire et l'histoire de ceux qui ont compris sa frustration. De même, No to Torture, comme il l'indique dans son nom, sert à s'opposer aux récits assignés par le monde occidental.

Si nous devons prendre position sur les conflits qui se déroulent dans le monde et soutenir ceux qui sont opprimés, il est nécessaire que nous les considérions comme des humains. Qu'il s'agisse de réfugiés, de migrants, d'immigrés ou de demandeurs d'asile, la connexion avec les personnes à un niveau personnel est essentielle. La nature humaine consiste à accepter ce que nous savons et à comprendre et à rejeter ce qui ne nous est pas familier, créant ainsi un cycle de peur. Les œuvres d'art, en particulier les films, aident à combler le fossé et servent d'appel à l'action ainsi que d'un moyen de familiariser les gens avec de nouvelles cultures.

Les films montrent également des interactions humaines et des connexions d'une manière qui permet au spectateur de ressentir quelque chose. L'empathie, et non la sympathie, est quelque chose que de nombreux cinéastes affichant des zones en conflit espèrent créer. Dans cet extrait de Désengagement, Ana embrasse sa fille qu'elle a abandonnée il y a 20 ans. Pendant deux minutes, les deux se tiennent l'une l'autre, aucune d'elles ne se lâchant. Il n'y a pas de musique émotionnelle ou de grands mouvements du cadre pour distraire le spectateur de l'intensité de son étreinte. Le réalisateur Amos Gitai dessine délibérément ce moment dans l'espoir d'obtenir une réaction de l'audience. Il espère que le sentiment de l'amour peut nous unir tous. Il est difficile pour beaucoup de gens de comprendre la vie de ceux qui vivent dans des pays en conflit, mais il existe des émotions universelles auxquelles nous pouvons tous nous associer.

Utilisant une technique similaire dans Ali Zaoua Prince des rues, Nabil Ayouch suit la vie de 3 enfants vivant dans la rue après le meurtre de leur ami Ali. La mort d'Ali est imprévue et brutale, ce qui a été fait pour présenter rapidement aux spectateurs les réalités du monde dans lequel le film se déroule. Pourtant, le désir de vouloir enterrer leur ami est une noble quête que le monde occidental peut facilement comprendre. Ayouch fait également la décision pour centrer le film sur les enfants, amplifiant les dangers de l'endroit où ils se trouvent. Cela crée également un niveau d'empathie et de compassion pour ceux qui regardent. Le réalisateur du film fait un commentaire social sur la dynamique de tous les garçons de la rue. Même si Ali est mort, Omar refuse de le dire à la mère d'Ali et reste la nuit avec elle recevant un lit chaud et l'affection d'une mère. Il ne partage pas ce paradis avec ses amis. De même, les autres garçons de la rue ne travaillent pas avec les amis d'Ali et les tourmentent au lieu de cela. Le film protègera une société au sein d'une autre créée par les enfants abandonnés par leur propre pays. On comprend pourquoi Ali était obsédé par la mer et une chance d'échapper à sa réalité. De plus, nous nous demandons s'il y a quelque chose que nous pourrions faire.

 Reprenant la question posé: Quelle est l'importance de l'art dans les récits des opprimés? L'art est un moyen pour les historiquement opprimés d’avoir leur propre voix. Cela leur permet de montrer les aspects de leur culture qui sont importants mais aussi de choisir comment ils sont présentés au monde. L'art donne aussi une voix à ceux qui n'auraient jamais eu leur mot à dire dans leur représentation. Simultanément, l'art peut être utilisé de façon provocatrice pour exiger le changement et pour exposer les responsables, en les tenant responsables. Enfin, l'art sert de pont entre les différents côtés du monde. Cela rend le monde plus petit et nous ne pouvons plus ignorer les problèmes des autres. Pourtant, exposer la souffrance mondiale ne peut que renforcer la sensibilisation et déstigmatiser ceux qui sont dans les conflits. Pour qu'un véritable changement se produise, ceux qui sont en dehors des conflits doivent prendre position.

L'art dans les conflits